La romance érotique, un genre décrié

Livres
La romance érotique est un genre littéraire qui attire de nombreuses femmes. Toutefois, Camille Emmanuelle, journaliste spécialisée dans les questions de sexualité, dénonce une vision du couple « réactionnaire » ainsi qu’un « formatage des esprits ». La romance érotique transmet-elle toujours des modèles stéréotypés ? Quelle influence a-t-elle vraiment dans la sexualité des femmes ?

Dans la romance érotique, l’homme domine

De nombreuses romances érotiques présentent la même histoire. En effet, il s’agit toujours de l’histoire d’un homme trentenaire, blanc et milliardaire qui domine financièrement et sexuellement une jeune femme de vingt ans, au corps de rêve. Il n’est pas question de s’éloigner des schémas établis. D’autres éditeurs proposent à l’auteur de laisser libre court à son imagination mais une trame doit toujours être respectée. Il faut que le roman se finisse bien ; l’amour doit être impossible lors du début du roman puis après un obstacle compliqué, l’amour vaincra à la fin. Toutefois, les lectrices dénoncent un manque d’imagination cruel, elles regrettent que ce soit toujours l’homme qui apporte son savoir et souhaiteraient que la femme soit plus initiatrice. Une ancienne traductrice du milieu confirme le fait que l'homme domine toujours dans ce genre et que la romance érotique n'est autre qu'un « travail industriel ». Elle déclare que l’héroïne est toujours rayonnante et l’homme est très haut placé, et il ne cesse de tourmenter la narratrice. Elle ajoute également que dans la romance érotique, les relations ne sont jamais respectueuses.

Des relations sexuelles stéréotypées dans la romance érotique

En outre, la romance érotique présente un modèle normé, où l’homme impose sa sexualité. D’après Camille Emmanuelle, explorer sa sexualité dans ce genre de roman relève d’un défi : « Une fois j’ai écrit une scène où une femme se masturbait devant l’homme, la scène a été barrée par mon éditeur, car c’est l’homme qui doit donner du plaisir. Dans cette romance-là, il n’y a ni sperme, ni fluides, ni règles, ni poils. Il n’y a aucun fantasme de domination féminine, ni de fantasmes hors hétérosexualité. Bref, c’est Barbie et Ken qui baisent. » On peut en conclure que ce genre de littérature veut apporter une certaine norme aux relations sexuelles. Mais c’est une chose qui ne peut être normée, il n’y a pas de bonnes positions ou de bonne façons de faire.

La romance érotique constitue un fantasme

La littérature érotique joue sur l’imagination de son public mais ce n’est pas pour autant qu’elle a un grand impact sur la vie sexuelle de son lectorat. La trilogie 50 nuances de Grey, par exemple, a eu seulement pour effet, d’intéresser les femmes à la pratique BDSM. Ces romans vous permettent de vous évader du quotidien. Pour l’auteure de romans érotiques Emma Foster, l’intérêt serait alors de surmonter le fantasme de la domination masculine et de voir d’autres aspects. Dans la trilogie Les Nuits tentatrices, Emma Foster met en scène des pratiques BDSM où le personnage féminin initie le personnage masculin. Finalement, choisir son livre érotique revient à choisir son partenaire et ses pratiques : plutôt sulfureux ou sage, dominant ou dominé ; vous pourrez trouver ce qui correspond le mieux à vos besoins.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*